Accueil > Actualité > L'actualité de l'alternance > L’alternance, du pour et du contre, entre réalité, clichés et idées reçues !

L’alternance, du pour et du contre, entre réalité, clichés et idées reçues !

Date de publication : 21/02/2020
L’alternance rencontre ces dernières années énormément de succès auprès des étudiants qui souhaitent effectuer leurs études « autrement » En effet, il semble que ce soit un choix particulièrement judicieux qui permette à la fois de découvrir l’entreprise tout en effectuant une formation financée par l’entreprise qui vous accueille.
Cependant face à ce développement, on assiste de plus en plus à un flux de réflexions et d’idées reçues que l’on entend ici et là, plus ou moins farfelus sur ce sujet. Aujourd’hui, chacun y va de son commentaire qui parfois ne repose sur aucune réalité.
Nous avons donc décidé de vous faire part de ces propos en essayant d’y apporter de la clarté et de faire le tri notamment sur ce qui est vrai et ce qui est faux.

L’alternance, du pour et du contre

A propos des conditions financière ?

La formation en alternance est gratuite car les frais de scolarité sont entièrement pris en charge par les entreprises, les régions, les fédérations professionnelles et l'État. Tous les jeunes peuvent y accéder et quels que soient les revenus des parents.

L’alternant dispose d’un contrat de travail avec une rémunération calculée en pourcentage du SMIC selon l'âge de l'apprenti et la durée du contrat.

Dans les faits, l’alternant a la chance d’avoir le double avantage d’être considéré à la fois comme un étudiant et un salarié. Il garde sa carte d’étudiant avec les avantages liés à ce statut et il bénéficie des avantages proposés par l’entreprise comme la protection sociale, les congés, les tickets restaurant, les primes, la mutuelle, la treizième mois et l’indemnité de transport.

Pour un jeune étudiant, l’alternance est donc un vrai « plus » au niveau financier et du statut qu’il acquiert. Ne croyez pas les personnes qui vous diront le contraire ! Ils n’ont sans doute pas assez étudié le dossier.

Les alternants sont correctement payés sachant que quelque part, ils ont déjà un pied dans la vie professionnelle avec un métier et un salaire !

Certes c’est un point de vue subjectif mais Il faut aussi rappeler qu’en France, une entreprise n’est pas obligé de rémunérer un stagiaire pour une durée de stage inférieure à deux mois !

A propos des types de formation que propose l’alternance ?

L’alternance est proposée pour tous les métiers que ce soit des métiers du tertiaire ou de l’industrie avec un quota important de métiers techniques et manuels.

Certes, les petites entreprises du secteur du bâtiment sont les premières à mobiliser des contrats en alternance. Mais l’alternance n’est pas réservée au bâtiment, à la coiffure ou la boucherie.

L’alternance se positionne là où il y a des besoins de recrutement. Le contrat d'apprentissage est donc aussi ouvert aux diplômés de l'enseignement supérieur. En bref, quasiment toutes les filières proposent aujourd’hui des parcours en alternance.

N’écoutez pas les personnes qui vous diront que l’alternance ne prépare que des bacs pro et des CAP. Les alternants obtiennent des diplômes identiques à ceux qui sont délivrés en formation classique à temps plein. Encore une fois, les personnes qui vous diront le contraire, ne maîtrisent leur dossier.

A propos des types d’entreprises qui recrutent des alternants

Les entreprises qui intègrent le plus grand nombre de jeunes en contrat d'alternance sont souvent, celles qui recrutent le plus de jeunes diplômés. Assurance, banque, informatique, énergie, distribution, logistique recrutent surtout des alternants du supérieur.

Le bâtiment, l'artisanat, l'agroalimentaire et l'hôtellerie-restauration recrutent plutôt les diplômes de niveau CAP, bac pro et BTS.

Il est donc inexact de dire que l’alternance ne concerne que quelques secteurs comme l’hôtellerie et l’industrie comme on peut l’entendre parfois. Il s’agit de propos qui datent et ne correspondent à la réalité de maintenant.

A propos des profils que recrutent les entreprises en alternance

L’alternance est proposée pour tous les profils que l’on soit une fille ou un garçon. Cependant plus on monte dans le niveau des diplômes préparés, plus la parité est réelle. L’apprentissage s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans et permet d’obtenir des diplômés niveau BEP, CAP, Bac Pro.

Le contrat de professionnalisation qui concerne les jeunes de 16 à 25 ans  et les demandeurs d’emploi de 26 ans ou plus, permet d’obtenir un Bac Pro ou un diplôme post-Bac comme le BTS ou le Master.

Une nouvelle fois, n’écoutez pas ceux qui vous disent que l'alternance est réservée aux jeunes de 12/14 ans en échec scolaire et que c’est une voie pour les fumistes. Bien au contraire, le rythme en alternance est très soutenu et justement déconseillée à ceux qui manquent de motivation.

Entre formation théorique et pratique, il implique beaucoup de travail personnel ainsi du sérieux et de la concentration pour suivre le programme à la fois à l’école et en entreprise. L’alternance s’adresse à des jeunes motivés, attirés par l’entreprise et prêts à s’investir.

Ils doivent s’attendre à travailler beaucoup plus qu’en cursus classique. On est bien loin des cancres et des mauvais élèves !

A propos du stage en lui-même et des conditions de travail

En alternance, le rythme est difficile à tenir. La formation en alternance ne laisse pas beaucoup de temps pour souffler. Aux périodes passées en centre de formation succèdent celles en entreprise.

Quand l'organisme de formation ferme ses portes durant les vacances scolaires, le travail en entreprise prend le relais. Tenir le rythme sur la durée n'est pas évident. En période d'examens, se remettre à ses devoirs quand on rentre d'une journée de travail est difficile mais nécessaire.

Mieux vaut en avoir conscience avant de s'engager. Cependant, comme vous avez le statut de salarié, vous bénéficiez également de vacances à des dates que vous pouvez négocier avec votre employeur. Un alternant a donc bien des vacances. Cependant le rythme est plus soutenu qu’en cursus de formation classique.

A propos de l’entreprise

Si à l’issue de la formation en alternance, vous n’êtes pas embauché dans l'entreprise, en tant que salarié sans emploi, vous pouvez bénéficier d'une allocation chômage, qui sera proportionnelle au salaire perçu.

Il est cependant exact qu’après une formation en alternance, l’employeur n’est pas obligé de vous proposer un poste.

Le contrat d'apprentissage peut être rompu par l'employeur ou l'apprenti dans les 45 premiers jours de formation en entreprise sans formalité particulière. Passé ce délai, la rupture ne peut être réalisée que par accord écrit signé entre l'apprenti et l'employé.

Toutefois, s'il a obtenu son diplôme ou son titre, l'apprenti peut mettre fin au contrat d'apprentissage avant le terme fixé, s'il en a informé l'employeur par écrit au moins deux mois avant. Si l'entreprise dépose le bilan ou liquide son activité l'apprenti a droit à une indemnisation au moins égale aux rémunérations qu'il aurait dû percevoir jusqu'à la fin de son contrat.

Aucun risque d’être jeté de son entreprise sans le minimum de protection !

En recrutant un alternant, les entreprises peuvent bénéficier d’une aide financière. 1000€ pour le recrutement d’un premier apprenti ou d’un apprenti supplémentaire pour les entreprises de moins de 250 salariés, une prime à l’apprentissage d'au moins 1000€ pour les employeurs d’apprentis de moins de 11 salariés, des exonérations de charges sociales, ainsi que des avantages fiscaux.

Des aides nationales à l'embauche des demandeurs d'emploi de 45 ans et plus et une aide forfaitaire de Pôle Emploi pour les 26 ans et plus sont également prévues pour les embauches en contrat de professionnalisation. L’idée que l’on entend parfois que l’alternance coûte à l’entreprise n’est donc pas vrai.

 

L’alternance, qui est devenue une institution dans le monde étudiant, a de bonnes années devant elle. Si certaines filières proposées se développent plus que d’autres, c’est aussi parce que les temps évoluent et que les métiers suivent ces changements.

Avec l’informatisation et le développement des nouvelles technologies, de nouveaux métiers arrivent pendant que d’autres immuables sont enseignées depuis parfois plus de cent ans ! Le bâtiment aura encore longtemps besoin de ses maçons et la restauration de ses serveurs !

Si vous souhaitez réellement faire une formation en alternance, nous vous conseillons de vous renseigner auprès d’experts en la matière, le responsable des stages de votre école !

Si vous cherchez un poste en alternance, alors n’hésitez pas, rendez-vous dans notre rubrique « offres d’alternance » de directemploi.com ou bien sur notre site partenaire directalternance.com
 

 

D'autres articles qui pourraient vous plaire

L’alternance en école de commerce
16/06/2020
Depuis de nombreuses années, les écoles de commerce offrent aux étudiants la possibilité de faire une alternance. Ce concept attire de plus en plus d’étudiants car il détient des avantages que seule une alternance peu offrir à des étudiants. Nombreux sont ceux qui cherchent à faire une année de césure parce que cela leur permet d’engranger des connaissances et des compétences mais aussi de découvrir le monde professionnel. Toutefois le contrat de professionnalisation intéresse de plus en plus les étudiants d’école de commerce et nous allons vous montrer pourquoi cette voie académique n’est pas à négliger.

...




Contrat d’apprentissage : un futur prometteur ?
02/06/2020
Le contrat d’apprentissage est en pleine essor ces dernières années. C’est un rapport gagnant/gagnant entre l’apprenti et l’entreprise. Le modèle de l’alternance séduit et il y a de bonnes raisons. Entre 2018 et 2019, le nombre d’alternants en France est passé de 437 000 à 485 800 avec, à l’époque, l’objectif à atteindre de 500 000 étudiants en contrat d’apprentissage. Mais l’avenir du contrat d’apprentissage est maintenant, dans le contexte actuel, délicat à prévoir pour la suite de l’année 2020 et la rentrée en septembre. Les étudiants sont dubitatifs et se posent la question si, dans les temps à venir, les entreprises pourront être en capacité d’ouvrir leurs portes à des alternants ? Nous vous proposons deux différents cas de figure : un avenir maussade pour les aspirants alternants et, inversement, un avenir plus positif.

...